2018, Wallonie cherche ingénieurs BTP et construction pour booster secteur en convalescence

2013 et ses faillites mémorables ne sont plus qu’un lointain souvenir. Des réglementations concernant le PEB (Performances énergétiques des bâtiments) et l’URE (Utilisation Rationnelle des Éléments) bouleversent le secteur de la construction. 2018, la donne a changé : les chiffres officiels et expertises constatent la remontée fulgurante du BTP wallon. Un secteur en pleine renaissance, qui réclame désespérément des professionnels qualifiés et formés. Comment peut-on accéder à ces nouveaux métiers ? Quelles sont ces données et ces législations qui permettent aux experts de prédire une conjoncture si favorable ? Quelles subventions la Wallonie a-t-elle prévue pour encourager les constructeurs ? Zoom sur une activité en pleine expansion.

2018, 3 200 postes vacants en Wallonie : un besoin urgent de main d‘œuvre

Comme l’annonçait le Ministre Wallon de l’économie ; de l’emploi et de la formation Pierre-Yves Jeholet, dans son communiqué du 17 octobre 2018, 3200 postes sont à pourvoir dans la construction et la BTP. Il ajoute à cette occasion que la Wallonie prévoit de recruter 6 000 salariés avant 2024. 350 euros non-imposables de prime sont offerts aux demandeurs d’emploi qui réussissent la formation d’un de ces secteurs dits porteurs. Retour sur ce contexte politique et environnemental si particulier qui restructure le BTP.

2013 – 2016, prise de conscience

Belgique, Wallonie, France et Union Européenne, l’environnement est au cœur des préoccupations. Les bonnes intentions se concrétisent, des projets de lois ainsi que des soutiens aux entreprises et aux particuliers voient le jour.

Les normes environnementales se durcissent à l‘échelle européenne

Tous les états membres de l’UE doivent s’y conformer. Le 7ème EAP (Environnement Action Programme) décrit l’étendue des investissements financiers et logistiques déployés sur le continent. Lors du rassemblement du COP 21, la France déclarait la protection de l’environnement grande cause de l’année 2015 et son intention de devenir « un exemple pour le monde entier ». Proche de l’Allemagne, exemplaire dans le domaine, la ville de Strasbourg voit ainsi fleurir des éco-quartiers, toits végétaux et performances énergétiques A ou A+. Pourquoi ne pas s’en inspirer?

Construction et BTP, où en est la Wallonie?

Le Décret du Parlement Wallon amorcé en 2008 a été confirmé le 28 novembre 2013 (lecteurs curieux ou motivés, découvrez l‘intégralité du texte de loi). Y sont listés les postes et responsabilités inhérentes à ces mesures. Par exemple l’article 20 qui constitue un rappel de la mission d’un responsable PEB, tenu de maîtriser le calcul de la performances énergétiques d’un bâtiments et de proposer des solutions satisfaisantes. Ces calculs prennent en compte l’architecture, mais aussi les émissions de GES tout au long de la vie du bâtiment, et la proximité des transports en commun (émission de GES pour aller travailler / en courses). L’article 40 présente les conditions d’accessibilité à cette formation « être diplômé architecte, ingénieur civil ou industriel…. ». Les enseignements sont dispensées par des centres agrées par le Gouvernement Wallon, comme l’IFPAME (numéro vert : 0 800 80 133).

BTP : se former pour répondre aux mesures environnementales

Pour honorer ces nouvelles obligations, les ingénieurs devront se former ou recruter. Les contrats en alternance pourraient constituer une période d’essai à prix réduit et offrir à une équipe des savoirs-faire d’actualité. L’éco-rénovation concerne plusieurs secteurs :

Construction et architecture

Disposition des bâtiments pour contenir les vagues de chaleur et par extension l’utilisation massive des très énergivores climatisations, techniques de répartition de la température (vérandas double-vitrées, constructions en voûtes)… De nombreuses études de cas sont actuellement à l’épreuve en Afrique, les possibilités sont donc infinies.

Le confort de l‘habitation

Comprendre, réparer et dépanner la domotique filaire ou non filaire pour l’expliquer au client (1 an de formation), programmer des régulateurs d’énergie à distance comme le BIM coordinateur (1 an supplémentaire) sont des acquis indispensables. Les ingénieurs et chefs de projet s’intéresseront aussi à : – ventilation – électricité et étanchéité des conduits d’énergie – exposition à l’éclairage naturel et énergie solaire – recyclage des énergies (excellents résultats obtenus au Maroc avec une conversion énergétique des eaux chaudes usées des hammams)…. Une multitude de missions passionnantes et variées. Les constructeurs devront se parer de compétences techniques, légales et d’une solide connaissance des financements prévus pour la Wallonie. Une opportunité de rehausser son standing sans impacter le prix du chantier ?

Labellisation, comment ça se déroule?

Pour valoriser les efforts des constructeurs des performances énergétiques un outil a été élaboré. Ce rapport regroupant les dispositions officielles prises en Wallonie pour soutenir les PME. Les taxes qui poussaient les multinationales à s’exiler dans d’autres pays (carbon leakage) sont aujourd’hui compensées par une aide de « 7,5 millions d’euros en 2018, et 5 millions en 2019 », selon P.Y. Jeholet. Les indicateurs sont donc au vert. Mieux. Le bâtiment, qui était injustement considéré comme une voie alternative semble être devenu un excellent choix de carrière.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s