Une orientation durable pour les marchés publics

Si de plus en plus de particuliers s’orientent vers la construction et la rénovation dans la perspective de construction dite durable, les services publics commencent eux aussi à s’engager dans cette voie moins énergivore. Face à la pénurie de logements et à la vétusté d’un certain nombre d’équipements publics, il a été décidé de mettre en œuvre un Plan Alliance Emploi environnement qui couvre la période 2016-2019. Ce PAEE est la suite logique de celui mis en œuvre dès 2011 et qui a permis de mettre en place un certain nombre d’initiatives depuis lors. Cette dernière mouture en cours, qui entre directement dans le Plan Marshall 4.0 (budgétisé à hauteur de 2,9 milliards d’€ pour la période 2015-2019) est essentiellement orientée autour de la construction durable et de toute son arborescence.

Depuis les bases de la soumission des marchés publics, en passant par l’emploi et la formation, jusqu’à la finalité de réception de travaux, rien n’a été laissé au hasard, tant au niveau des concepts de formation que dans la conduction des travaux à proprement parler.

 

Le contexte général actuel

L’Alliance Emploi Environnement 2011-2014 a permis de mettre en œuvre une cinquantaine de mesures concrètes en matière de construction et de rénovation durable, l’engagement financier de ce premier plan a été de 1 245 422 152 € sur trois ans. La poursuite de ce plan AEE s’est engagée concrètement avec la mise en place de nouveaux outils qui sont déjà en cours d’exploitation, notamment en ce qui concerne les acteurs privés qui souhaitent intervenir sur les marchés publics. Entre les nouvelles normes en vigueur, la charte rédactionnelle de cahier des charges bâtiments 2022, la lutte active contre le dumping social, et la bonne gestion des chantiers, notamment celle des déchets, les formations sont nombreuses.

Des formations indispensables tant pour les responsables de PME que pour les adjudicateurs. Le SPW et les Centres IFAPME de Lièges, de Mons ou des Isnes de Gembloux organisent nombre de ces formations accessibles aux fonctionnaires, ingénieurs, porteurs de projets en bureau d’étude, juristes, architectes…

Dans un contexte mondialisé où la protection de l’environnement semble être érigée au statut de cause internationale, chaque état s’engage dans un certain nombre de mesures plus ou moins concrètes. Au niveau européen, de nombreuses directives ont été, et sont, régulièrement mises en œuvre et doivent être relayées par les états membres. Au sein de l’Union, la Belgique fait partie des pays dits en « déficit écologique ». Selon Global Footprint Network, en 2017, notre pays était déficitaire à hauteur de 5,8 Hectares globaux par personne, ce qui signifie en d’autres termes que notre empreinte écologique est près de 6 fois supérieure à notre bio-capacité. Il est donc temps en effet de mettre en œuvre des actions concrètes.

 

Plus de rigueur des pouvoirs publics

Pour les années à venir, le gouvernement Wallon s’est engagé vers la mise en place et la poursuite d’un certain nombre d’actions.

Ainsi, il incite l’ensemble des sociétés publiques, quel que soit leur niveau, à se tourner davantage vers les PME. Pour se voir attribuer de nouveaux marchés, ces PME devront, outre leurs tarifs, afficher des critères de qualité et de durabilité, et avoir des salariés et collaborateurs formés aux nouvelles exigences environnementales.

Ces mêmes pouvoirs publics s’engagent eux aussi vers une conformité plus rigoureuse en tenant compte d’un certain nombre de nouveaux critères dans l’attribution des marchés publics. Ainsi, ils doivent prendre en compte la qualité et la durabilité des matériaux et des nouvelles formes de chantiers proposés par les entreprises, s’assurer du suivi rigoureux des cahiers des charges types en bâtiments, se référer scrupuleusement aux délais de procédures, s’engager dans une simplification des procédures administratives, notamment via le support Internet.

 

Des formations pour informer, stimuler, expliquer et guider

Afin de maîtriser au mieux et d’appliquer dans les meilleures conditions possibles les nouvelles directives imposées par la Wallonie, les fonctionnaires, architectes, juristes, ingénieurs en construction… ont maintenant accès, gratuitement à un certain nombre de formations. Ces formations visent à faciliter la rédaction du cahier des charges, assurer le suivi de chantier, mais aussi la gestion des déchets sur ces mêmes chantiers, la lutte contre le dumping social…

Faciles d’accès, et relativement nombreuses tant au sein de IFAPME qu’au sein même du Service Public de Wallonie, ces formations sont, pour une part, purement administratives et pour une autre part très techniques. Plus les professionnels du secteur du bâtiment seront sensibilisés à ces problématiques environnementales, meilleure sera la gestion des dossiers et, par la suite, des chantiers.

Face aux enjeux environnementaux auxquels nous devons faire face, les pouvoirs publics et les professionnels du bâtiment n’ont plus la possibilité de se défausser. Les formations mises en place par le Gouvernement étant gratuites et nombreuses, elles sont donc facilement accessibles.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s